Asatru : la religion nordique des temps modernes

Eglise en bois debout à Oslo

Église en bois debout à Oslo

« L’Église a voulu célébrer les 1 000 ans de la construction de la première église en Norvège par Olav Tryggvason. Un marché Viking a donc été organisé. Mais les jeunes ont creusé plus loin… et ont déterré les anciens dieux« . Voici comment explique Georg Olafr l’engouement rencontré ces dernières années envers une ancienne religion remise au goût du jour. On l’appelle Asatru. « Asa » en référence aux « Ases » le peuple des dieux nordiques qui vit à Asgard. « Tru » signifie « croire ». L’origine de cette religion semble donc plutôt claire.

Pour Kai-Uwe Faust, spécialiste des symboles nordiques, « beaucoup de personnes se tournent vers l’Asatru car ils ne trouvent pas de réponses dans les religions classiques« . Un avis partagé par le chef viking du village : « les jeunes aujourd’hui croient que toutes les guerres dans le monde sont causées par la religion moderne. Donc ils reviennent aux anciennes croyances, pacifiques ». Il considère qu’il y aurait environ 500 croyants en Norvège, près de 50 000 dans le monde entier.

Au cours de nos voyages nous avons pu constater la disparition des anciennes croyances, remplacées -par la force- par les religions « modernes ». L’exemple a été donné au Pérou, les incas ayant été décimé par les conquistadores, et en Irlande, aujourd’hui encore marquée par des conflits religieux. « A l’époque, l’Église avait utilisé la violence pour convaincre.« , glisse Georg Olafr. C’est aussi l’avis de Inger, qui officie au village viking d’Avaldsnes. Elle démystifie un comportement souvent prêté aux vikings en lui donnant une explication toute simple : « les raids vikings contre l’Église était plutôt une forme de représailles en réponse aux exactions des chrétiens« . Une violence absente de l’Asatru selon le chef Viking de Gudvangen, « on n’utilise jamais la violence pour introduire les anciens dieux aux gens ». Un profond respect le lie aux pratiquants d’Asatru, même si lui-même n’est pas croyant.

Ce qui n’est pas le cas de Kai-Uwe. Même s’il préfère se considérer comme quelqu’un « qui pose des questions », plutôt qu’un « croyant ». Pour lui, si les gens ne sont pas satisfait des religions modernes -il cite notamment la chrétienté- c’est notamment à cause de leur manque de connexion avec le monde. « On ne vit pas avec les dieux, on peut être éjecté du paradis. Alors qu’avec Asatru, les dieux font partie de la création (la nature ndlr)« , explique-t-il. Lui-même a toujours ressenti un lien avec la religion Nordique. « Quand je regarde mes dessins d’enfants, je représentais dieu comme un homme barbu sur un trône. Qui est la représentation que les vikings faisaient d’Odin« , raconte cet allemand vivant au Danemark. Il a ensuite réalisé à l’adolescence l’existence d’Asatru.

Kai-Uwe pratique l'art du tatouage avec parfois des rituels précis

Kai-Uwe pratique l’art du tatouage avec parfois des rituels précis.

S’il confie ne faire partie d’aucun « cercle » de croyant, il explique qu’il pratique à travers le tatouage. « C’est un lien très intime avec la spiritualité« , confie-t-il. Lorsque des personnes l’approche pour se faire tatouer des symboles anciens, Kai-Uwe voit son rôle comme étant de « reconnecter ces gens avec leurs racines« . Il a écrit « Nordic Tattoo », expliquant la signification de différents symboles de la religion nordique. « Quand je dessine, ce sont des émotions« , résume-t-il.

 

Une religion en lien avec la nature

« Il y a une vue mystique du monde : toute chose a une âme« , raconte Kai-Uwe. Sans surprises, si l’on considère que la plupart des anciennes religions avaient ce précepte de vie. Un lien puissant avec la nature était tissé. A l’époque, les civilisations avaient compris que s’ils traitaient la nature avec respect, elle le leur rendrait bien. « Les païens priaient aux cascades, aux rochers… ils étaient entourés d’une nature étonnante. Ils ne voulaient pas la contrôler, mais se faire aimer d’elle« , continue d’expliquer le tatoueur de sa voix douce. D’ailleurs pour lui, l’attrait de l’Asatru est notamment son lien entre Homme et nature. « Dans les anciennes religions de l’Amérique du Sud, il n’y avait pas de concept séparant les deux« , déclare-t-il, comme pour appuyer son propos.

On distingue une branche qui a pour origine l’Asatru : l’Odinisme. Une croyance nait en Amérique, selon le tatoueur allemand, qui avoue son manque de connaissance concernant cet aspect de la religion. « Les Odinistes, ou en tout cas une partie d’entre eux, sont plutôt… rudes. Ils ne sont pas nécessairement très tendre, à l’image d’Odin. L’Odinisme est plutôt une transformation moderne des anciennes croyances« , glisse Georg Olafr qui, de ce fait, distingue complètement l’Odinisme de l’Asatru. « Odin est un dieu aux multiples facettes qui a aussi son côté sombre« , confirme Kai-Uwe.

Il semblerait qu’il existe parfois un lien entre ce mouvement néo-païen et des mouvances d’extrême-droite. Le journaliste Roc Morin a rencontré un groupe de combattants païens en Ukraine. Son reportage ici. Il faut dire que ce ne serait pas la première fois que d’anciens symboles soient repris et détournés à titre politique…

Asatru de son côté, représente une renaissance de l’ancienne religion nordique. Un retour aux sources que quelques uns semblent désormais adopter à travers le monde. L’exemple parfait que malgré toutes les tentatives pour l’ensevelir, le passé finit toujours par ressurgir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *