Jaisalmer, ville étape des jaïns

image

Ici, pas de chaussures ou de vêtements en cuir et si vous êtes une femme, vous ne pouvez entrer si vous êtes « indisposée ». Ici, c’est le temple jaïn de Jaisalmer. L’un des sept temples en réalité qui se trouvent à l’intérieur du fort de la ville.
S’ils sont situés à un endroit aussi stratégique,  c’est pour une raison toute simple : l’argent. « Lorsque le raja Rawal Jaisal voulut faire construire le fort, il n’avait plus assez d’argent. La communauté jaïn a alors proposé de l’aider financièrement,  à condition que leurs temples soient construits à l’intérieur de l’édifice« , raconte Papu, un commerçant du fort, qui tient l’anecdote de son grand-père. Ce nombre pour le moins important de lieux sacrés a fait de Jaisalmer un des principaux lieux de pèlerinage jaïn au Rajasthan.

La non-violence sous toutes ses formes
« Si vous le souhaitez, je peux vous en dire plus sur ma religion, mais n’en parlez pas ici car dans le fort, tout se sait et mon patron risque de ne pas être très content… », ce commerçant de Jaisalmer prend tout de même le risque, pour le plaisir de parler de ses croyances et de la philosophie qui en résulte. Deux mots d’ordre sont primordiaux pour qui veut comprendre cette religion : non-violence et pur végétarisme. « Nous ne mangeons pas les aliments qui poussent sous le sol comme l’oignon, l’ail, etc… car arracher ces légumes du sol, pour nous, ce serait comme arracher une vie. De plus, nous risquerions de tuer des insectes dans le processus« , explique-t-il.

imageLe jaïnisme est issu de l’hindouisme, comme nous l’explique notre commerçant avec une très belle métaphore : « l’hindouisme est un arbre qui possède de nombreuses branches, l’une d’entre elles étant le jaïnisme ». Au sein même du jaïnisme,  deux écoles existent : digambar et svetambar. La différence majeure réside dans le fait que les digambar pratiquent leurs cérémonies au temple entièrement nus. On trouve des temples jaïns digambar à Jaipur notamment.
Pour les svetambar, un rituel est à respecter avant de se rendre dans le lieu sacré : « il faut tout d’abord prendre une douche pour se purifier puis, enfiler notre habit religieux. Pour les hommes ce sera une tunique en soie blanche. Ensuite il faut se rendre pieds nus au temple. Nous devons également mettre un mouchoir devant notre bouche pour ne pas risquer que notre mauvaise haleine dépurifie le lieu ou que nous avalions un insecte en prononçant les mots sacrés de notre prière« . Comme dans les temples hindous,  une cloche se trouve à l’entrée,  « pour signaler notre présence dans le lieu sacré« . Deux têtes de dragons se trouvent à l’entrée. L’usage est de pénétrer dans le lieu en posant ses pieds sur leurs têtes « pour se purifier de notre énergie négative ».

Contrôler ses chakras
Comme pour les hindous, les jaïns ont pour objectif de se libérer de leur cycle de réincarnation. A la différence des premiers cependant, les jaïns n’ont pas de dieux mais un prophète nommé Mahavira. Certains parlent de 24 prophètes, mais en réalité, les jaïns considèrent qu’il s’agit plutôt de Mahavira qui se serait réincarné 23 fois. D’ailleurs, dans les sept temples du fort de Jaisalmer,  on compte au total 6666 statues. Si l’on additionne les chiffres qui composent ce nombre, nous obtenons 24, comme les 24 prophètes.

imageA chaque passage au temple, le croyant peut ressortir avec deux marques orange : l’une sur le front, l’autre sur la gorge. « C’est pour mieux contrôler mon énergie. Ces deux endroits sont deux points de chakras, nous en avons sept en tout« , explique notre commerçant jaïn. Les jaïns peuvent purifier leurs points de chakras, par eux-mêmes ou avec l’aide de ceux qui l’auront appris dans les livres originels. C’est le cas de notre jeune jaïn,  qui a ainsi appris un art ancien pour « ouvrir, purifier et relaxer les chakras ». Un massage qui débute par le pied droit, remonte jusqu’à la tête pour se terminer sur le pied gauche, passant ainsi par les sept points de chakras.
Le jaïnisme, une philosophie plus qu’une religion, prône le respect de toute forme de vie qui réside en toute chose. Pour l’anecdote,  on dit que les jaïns font d’excellents commerçants car ils ne peuvent mentir ou tricher… ce serait mauvais pour leur karma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.